Blog de Tara, ONG pour les enfants des rues à Delhi, Inde.

mercredi 15 novembre 2017

Soirée AMIS DE TARA à Paris le vendredi 22 septembre 2017

Merci à tous ceux qui ont répondu présents à l’invitation à notre 2e soirée des amis de TARA. La rencontre a eu lieu vendredi 22 septembre dans le cadre agréable de l’IPT dans le 14e à Paris. Plus de 70 personnes sont venus retrouver Pascal, Directeur-Fondateur de TARA, arrivé fraîchement de Delhi pour nous donner les dernières nouvelles des trois maisons. L’objectif clairement affiché de la soirée était de solliciter l’aide des participants, et plus largement des parrains existants de TARA, pour agrandir la famille des Amis de TARA et recruter de nouveaux parrains.

TARA sous toutes ses coutures !

Pascal a démarré la soirée avec une courte présentation de TARA pour ceux qui ne le connaissent pas, suivi d’un focus plus détaillé sur la super équipe de personnel qualifié qui gère les maisons. Il nous a donné quelques explications sur la complexité de la tâche. Pas toujours facile la gestion 24/24 de trois ‘maisons’ de 20 enfants!! Le tout agrémenté de petites vidéos du quotidien des enfants bien sympa et pleines d’émotion.

Les parrainages

Une vidéo a bien illustrée l’objectif d’augmenter le nombre de parrains individuels (par rapport aux sponsors Entreprises) afin d’assurer un financement stable et pérenne. Aujourd’hui TARA est financé à 65% par les entreprises, et le but est d’inverser cette tendance pour avoir plutôt 65% de parrains individuels.


Des ateliers participatifs


La première partie de notre soirée s’est terminée par une jolie photo de famille avec tous les participants. Ensuite ils se sont partagés en deux groupes, selon leurs affinités, afin de discuter des différentes façons dont chacun peut apporter sa pierre à l’édifice et nous aider à trouver de nouveaux parrains. Le but était de promouvoir des échanges et laisser à tous la possibilité de s’exprimer. Tous sont d’accord pour dire que les meilleurs ambassadeurs de TARA sont les parrains existants.

A l’Ecole….

D’un côté, Anne-Emmanuelle et Alice, (membres du conseil d’administration de CHAYA France), ont piloté l’atelier intitulé “Comment faire vivre TARA en milieu scolaire et chez ses proches”. Plein de bonnes idées pour lever des fonds et sensibiliser nos enfants : faire des collectes de fournitures scolaires, organiser des expo-ventes, des échanges de correspondance entre une classe ici et les enfants de TARA, une vente de crêpes ou de gâteaux….

Et dans l’Entreprise

De l’autre côté, Julien, avec l’aide du témoignage émouvant de Fabienne, s’est penché sur les outils pour inciter l’entreprise à soutenir TARA : ouvrir la porte de la Fondation ou au moins identifier les bons interlocuteurs, parler de l’arrondi sur salaire proposé par Microdon, voir avec le C.E pour faire une présentation sur TARA à l’heure de déjeuner, mettre des affiches ou des brochures à la machine à café.

Troisième mi-temps

La soirée s’est conclue autour d’un délicieux buffet préparé par Catherine et Soline au cours duquel nous avons pu approfondir nos échanges et faire de nouvelles rencontres. Il y avait aussi la possibilité d’acheter divers objets siglés TARA : des magnets avec les photos des enfants, des mugs et des livres.

En espérant pouvoir organiser une prochaine fois, ce bon moment amical et convivial afin d’y convier les nouveaux parrains que chacun aura trouvés !

jeudi 26 octobre 2017

TARA Super Talented Girls : concours de débats


Pour ou contre ? Choisissez votre camp !

Les semaines ayant précédé le concours de débats ont demandé beaucoup de préparation aux filles. Il leur a fallu comprendre ce qu’est un débat, regarder des vidéos sur leurs sujets mais aussi cacher leurs feuilles de préparation aux yeux des autres concurrentes.

Après beaucoup de travail et de répétitions les samedis et durant les cours d’anglais, le Super talented Girls, concours de débats. Des visiteurs Français ont accepté de devenir juges le temps de l’événement. D’après leurs propres mots, ils ont « eu énormément de mal à élire la gagnante car toutes se sont données du mal et la compétition fut serrée ».

Même si les plus jeunes n’ont pas participé à la compétition, elles ont tout de même essayé de préparer quelques phrases sur un sujet donné. Cela leur a permis de découvrir une nouvelle discipline mais aussi de progresser en anglais !

Meena a aidé ses plus jeunes amies à comprendre les débats en les traduisant de l’anglais à l’hindi.

Voici un petit résumé des prestations des 4 groupes en compétition :

Faut-il être un bon élève pour réussir dans la vie ?

Pour : Noorie – Contre : Meena

Noorie a ouvert le débat avec une discussion informative sur ce qu’elle pense de la définition d’un bon élève. Cette définition dépasse pour elle les études et s’étend à des qualités telles que l’écoute, l’apprentissage et le travail sérieux. Elle a évoqué Albert Einstein qui n’était pas un « bon élève » pour son école et en a été renvoyé, mais qui était excellent dans son domaine, ce qui l’a conduit au succès.

Meena a poursuivi sur le sujet en tentant de définir cette notion de succès et de montrer à quel point cela peut être différent d’une personne à l’autre. En donnant plein d’exemples tels que Bill Gates, Steve Job, Richard Branson et Thomas Edison, elle a été capable de nous convaincre qu’être un bon élève n’est pas le seul paramètre qui assure le succès.

Devons-nous faire attention à la façon dont nous utilisons l’énergie pour préserver la planète ?

Pour : Roshni – Contre : Vanshika

Roshni a lancé le débat en démontrant pourquoi l’électricité ne devait pas être gâchée. Elle a ainsi abordé à quel point il serait difficile de faire ses devoirs sans électricité le soir ou même l’impossibilité d’imprimer les photos amusantes utiles pour les ateliers d’arts plastiques et les sessions d’apprentissage.

Vanshika a fait de son mieux pour aborder la partie difficile de ce débat en argumentant que l’on pouvait faire appel à notre créativité et remplacer les photos par des dessins. Pour elle, la vie serait plus amusante sans électricité dans tous les cas. Elle a donné des exemples de jeux auxquels on peut jouer dans le noir.

Même si le sujet était difficile à appréhender, elles ont eu l’air de s’amuser en le traitant.

Ce débat a été suivi de nombreuses questions des juges et de l’audience ce qui a permis à tout le monde de revoir quelles sont les énergies renouvelables et celles non renouvelables. Cela a également mis en lumière que l’énergie que nous utilisons tous les jours vient en grande partie du charbon, énergie non renouvelable et que nous devons donc l’utiliser avec précaution pour préserver la planète.

Les zoos devraient-ils exister ?

Pour : Kamal – Contre : Noorjahan

Kamal a fort bien commencé la discussion en arguant que les animaux dans la nature n’avaient pas la certitude de trouver à manger, de traitements médicaux et d’environnement sécurisé, ce que les zoos pouvaient leur apporter. Dans la nature, les animaux peuvent être chassés pour leur peau ou leur fourrure alors que dans les zoos, ils sont nourris, soignés et protégés.

Noorjahan a ensuite pris la parole, et a interrogé l’audience : « Comment vous sentiriez-vous si vous étiez enfermés loin de votre maison et de votre famille ? ». Elle a également abordé le souhait des animaux de se sentir libres, et que si on les laissait juste évoluer dans leur environnement naturel (jungles), on se comporterait de manière plus pacifique. Elle a enfin parlé des conditions injustes et inhumaines de la captivité dans les zoos, et est parvenue à convaincre son audience.


Au quotidien, est-ce plus difficile d’être une femme ?

Pour : Soni – Contre : Nandini

Soni a lancé le débat en démontrant que l’on pensait que les femmes étaient moins capables d’agir que les hommes, et que cela rendait la vie des femmes très difficile au quotidien. Elle a également avancé que seulement très peu de femmes étaient employées dans la Police ou dans l’Armée, et que l’on ne leur permettait pas de faire ce qu’elles voulaient.

Nandini a bien répliqué en avançant que de nos jours, les femmes comme les hommes pouvaient aller à l’école et prétendre aux postes qu’ils souhaitaient (au sein d’un gouvernement, de la Police, de l’Armée, etc.). Ainsi, il ne serait pas handicapant d’être une femme aujourd’hui.

Ce sujet a également conduit à une courte discussion entre l’audience et le jury. Nous avons abordé les choses qui étaient difficiles pour les femmes au fil des années, dans le monde entier, et plus particulièrement en Inde. Cela ne doit pas nous décourager et nous empêcher de faire ce que nous voulons et ce que nous aimons, que nous soyons une femme ou un homme.

Dans l’ensemble, ce concours de débats a été une excellente opportunité pour les filles de s’exprimer face à une audience et d’essayer de convaincre l’autre. Meena a remporté le prix de la « Meilleure oratrice », et Soni, Noorjahan et Roshni sont sorties vainqueurs de leur débat respectif.

lundi 11 septembre 2017

Eveil de la conscience écologique à TARA Girls et à TARA Boys

L’environnement est un sujet qui nous tient à cœur à TARA, que ça soit du côté de chez les employés ou les enfants ! Dès le début de l’année, les filles ont suivi un programme de sensibilisation aux problématiques environnementales pensé par nos travailleurs sociaux avec l’aide de professionnels et de volontaires. En particulier, notre volontaire Shibani, titulaire d’un Master en Psychologie de l’université de Delhi, s’est engagée sur le sujet. L’objectif étant de leur faire changer leur comportement au quotidien par une prise de conscience des défis environnementaux.

L’accent a, en particulier, été mis sur la gestion des déchets (e.g. la quantité de nourriture cuisinée est précisément calculée chaque jour en fonction du nombre de personnes inscrites pour les repas), des activités de jardinage ont été organisées dans le parc en face de la maison TARA Girls et des lampes LED ont d’ores et déjà été installées.

Les vacances d’été ont été à nouveau l’opportunité de renforcer leur conscience écologique. Grâce au formidable investissement de notre volontaire, Alice, les maisons TARA Girls et TARA Boys ont de ce fait été transformées en un camp d’été éco-responsable !

Un atelier de création artistique à partir de matériaux recyclés a été organisé afin de montrer par l’exemple aux enfants l’importance du recyclage et de la réduction des déchets. Vishal, Piyush, Rahul, Farhaan, Manish, Raj et Sachin ont construit un train miniature à partir de rouleaux de papier toilette et de bouchons de bouteilles. Sanowar, Monika, Noorie, Sania, Simran et Shikha ont quant à elles créé une jolie chenille et de magnifiques papillons également à partir de rouleaux de papier toilette.

Pour se faire la main verte, les enfants ont planté des graines dans des pots de yaourt. Après un arrosage consciencieux pendant quelques jours, les premières graines ont germé et les touffes d’herbe en résultant ont servi de cheveux aux personnages dessinés par les enfants.

La pause estivale a aussi permis aux garçons de voir le documentaire “Avant le déluge” réalisé par Leonardo Di Caprio en tant que messager de la paix pour l’ONU. Ce film explique les tenants et les aboutissants du changement climatique et présente de manière particulièrement marquante les défis auxquels la planète sera confrontée dans les années à venir: le réchauffement climatique, la montée du niveau des mers, la pollution, la déforestation etc. Il fait également preuve de pragmatisme en proposant un certain nombre de petites actions à incorporer dans ses habitudes quotidiennes pour protéger la planète. Que ce soit pendant le visionnage ou la discussion qui s’en est suivie, les Boys ont fait preuve d’un grand intérêt pour le sujet et d’une compréhension remarquable des aspects géopolitiques, économiques et scientifiques du problème présentés dans le film.

Le lendemain, les garçons ont pu mettre leurs connaissances nouvellement acquises à l’œuvre à l’occasion d’une chasse aux trésors écologique. Répondre à des questions sur le changement climatique les a amenés à résoudre, au fur et à mesure, les énigmes et finalement à dénicher le trésor (des chocolats).

Non des moindres, les enfants ont préparé des posters amusants les représentant en tenant dans leurs mains la planète terre, accompagnés de l’inscription : “L’avenir de la planète est entre mes mains”. De manière peu surprenante, les garçons se sont dessinés en super héros. Avec de tels sauveteurs charmants et déterminés pour notre planète, nous ne pouvons qu’être optimistes !

Les vacances sont maintenant terminées, mais l’engagement des enfants pour l’environnement se poursuit. Un compost sur le toit de la maison TARA Girls ainsi qu’un système de recyclage de l’eau filtrée pour laver la vaisselle et arroser les plantes devraient être mis en place prochainement.

TARA, wish upon a Star pour un monde meilleur !

jeudi 10 août 2017

Être volontaire à TARA, une expérience enrichissante

À TARA, nous accueillons régulièrement des volontaires venus du monde entier pour organiser et animer des activités avec les enfants. Nous sommes toujours enchantés de voir le formidable travail qu’ils accomplissent ! Leur engagement, leur enthousiasme et leur travail acharné participent à changer la vie de 65 enfants en leur apportant de la joie et de la passion. Aujourd’hui, nous sommes aussi très fiers de savoir que le bénévolat à TARA ne transforme pas uniquement la vie des enfants mais également celle des bénévoles. Anne Désérable, ancienne volontaire, nous en dit plus sur son expérience :

« J’ai rencontré les TARA Boys pour la première fois un mercredi par une chaude soirée d’été en 2014. Leur énergie m’a immédiatement frappée, ainsi que l’élan de fraternité qu’ils avaient réussi à construire. J’ai alors commencé à les voir tous les mercredis après le travail pour dîner avec eux et raconter des histoires aux plus petits. Après un an environ, j’ai commencé à venir tous les samedis après-midi et j’emmenais les garçons au parc du coin pour jouer au cricket ou au football ou tout ce qui leur passait par la tête. Au fur et à mesure que les jours, les semaines et les mois passaient, j’ai appris à les connaître.

Au fil des années, j’ai eu la chance d’assister à leur évolution. Certains d’entre eux sont passés du statut de jeunes garçons à adolescents, d’autres sont devenus de vrais jeunes hommes. Juste avant de quitter l’Inde, le petit Raj était passé de chez les Tots à chez les Boys, Mohid avait gagné 50 cm, Rahul était toujours aussi intrépide, Manu pouvait parler un excellent anglais, Sachin était toujours aussi effronté, Sameer n’avait pas arrêté de sourire une seule fois, Ramu et Shyamu avait adopté leur rôle de grands frères et tellement plus encore.

Je me souviens de cet après-midi où j’ai essayé d’organiser quelque chose de spécial pour les garçons mais qui a lamentablement échoué ! C’était un samedi où il faisait très chaud et au lieu d’aller au parc, sous la chaleur, j'ai organisé une projection du dernier film de superhéros. À la minute où ils sont arrivés, nous avons eu une coupure d’électricité, le vidéo projecteur ne pouvait pas marcher, ni la climatisation, ni même les ventilateurs et les 20 garçons ont fini par regarder le film sur le petit écran de mon ordinateur avec une qualité sonore médiocre et transpirant comme jamais ! J’étais tellement déçue et embarrassée ! Mais c’est maintenant un souvenir amusant à raconter et je suis reconnaissante de leur patience ce jour là.

TARA Boys, vous êtes vraiment uniques et je ne vous oublierai jamais »

Être au contact d’adultes investis et passionnés, comme Anne Désérable, est un besoin fondamental des enfants de TARA. L’enthousiasme de nos volontaires est un élément indispensable à la qualité de notre travail.

Vous souhaitez vous aussi nous rejoindre en tant que bénévole ?

À TARA, la stabilité émotionnelle des enfants est notre priorité. C’est pourquoi nous demandons à nos volontaires de s’engager sur une période de 3 mois minimum et de respecter des horaires réguliers. Nos bénévoles doivent être âgés de 22 ans minimum.

Si vous voulez également vivre cette aventure humaine et que vous répondez à nos critères, venez donc frapper à notre porte et envoyez nous votre CV et une lettre de motivation à tara@onyva.in


Bruno, ancien volontaire à TARA il y a 6 ans, est revenu à TARA hier. Aujourd'hui, devenu semi-professionnel de football en France, il rejoindra les TARA Boys pour leur séance hebdomadaire. Bon retour Bruno !

Les TARA Tots sont allés acheter des fruits et les légumes pour leur activité cuisine avec l'aide de leurs volontaires Louise et Valérie et Monika leur Nannie.

vendredi 4 août 2017

Un sujet de France 24 sur les enfants abandonnés en Inde

Selon Olivier Guillard, chercheur a l'IRIS, spécialiste de l'Asie, "L'Inde est un pays affligé par les carences : 11 millions d'enfants abandonnés, 400 millions de personnes vivant au dessous du seuil de pauvreté, c'est plus que la totalité de la population pauvre des 48 pays d'Afrique Subsaharienne combinés."

L'équipe TARA a été ravie de participer à la collaboration de ce reportage.

Vous pouvez aider TARA :

PARRAINER UN ENFANT

mardi 4 juillet 2017

Remise de la Légion d'Honneur au Dr. Bharti Sharma

Le 15 juin 2017, TARA a eu le grand plaisir d’assister à la cérémonie de remise de la Légion d’Honneur au Docteur Bharti Sharma, Présidente d’ONYVA (l’association qui conduit les projets TARA) à l’Ambassade de France en Inde.

Bharti Sharma est détentrice d’un doctorat de la South Gujarat University, spécialiste de la justice des mineurs. Elle a enseigné dans les plus prestigieuses universités en Inde et à l’étranger et a occupé le poste de Présidente du Child Welfare Committee (juge des enfants qui décide, par exemple, du placement des enfants à TARA) de 2003 à 2009. Depuis la création de TARA, Bharti Sharma a été un soutien sans faille pour TARA et ses conseils précieux sont pour beaucoup dans notre développement. Elle a fait part du Conseil d’administration d’ONYVA dès 2011 avant d’en devenir la présidente en 2016. Mme Bharti Sharma est également associée à plusieurs ONGs partenaires de TARA à New Delhi et consacre une énergie sans relâche à la défense de la cause des femmes et des enfants en Inde.

Cette récompense couronne une longue carrière pour la protection de l’enfance et la lutte contre les discriminations faites aux filles et aux femmes. A la réception de cette distinction du Président de la République française, l’émotion de Bharti et de tous ceux venus la féliciter était palpable. La magistrate a partagé sa joie de voir son engagement et son travail ainsi reconnus et a tenu à souligner l’ampleur des progrès qui restent encore à accomplir. Elle a notamment insisté sur l’importance des changements à entreprendre dans nos mentalités et nos perceptions de l’enfant comme individu à part entière. Son discours, plaidant pour une implication constante de l’enfant dans les choix qui le concernent et pour la reconnaissance de son individualité, a fait écho au travail de TARA, qui s’engage chaque jour pour que chacun des 60 enfants qu’elle accueille puisse s’épanouir et développer son potentiel pleinement.

Mme Bharti Sharma a insisté sur l’importance de placer la femme et l’enfant au cœur du processus de prise de décision afin de leur rendre la maîtrise de leur destin. En tant qu’ONG, notre rôle est en effet de donner à nos bénéficiaires les clés qui leur permettront de voler de leurs propres ailes, de devenir des adultes responsables et indépendants et de prendre des décisions pour eux-mêmes.

Ce processus commence avec la prise en compte de la capacité de jugement de l’enfant et sa valorisation. A TARA, les châtiments corporels sont interdits et nous fondons notre éducation sur la communication et l’appel aux capacités de raisonnement de l’enfant. Nous impliquons les enfants dès l’âge de 7 ans dans les prises de décision à TARA à travers l’élection du Représentant des Enfants (chargé de défendre leurs intérêts et de faire valoir leurs requêtes), l’établissement des chartes de conduite de la maison, la présence d’une boîte à plaintes et suggestions… Les enfants sont encouragés à donner leur avis et savent que celui-ci sera pris en compte. Cela leur permet de développer leur confiance en eux et d’exercer leur esprit critique. Une fois adultes, éduqués et indépendants, ils sauront prendre des décisions par et pour eux-mêmes.

Nous sommes infiniment reconnaissants à Mme Bharti Sharma de nous avoir encouragés et éclairés dans cette voie depuis de nombreuses années, et fiers de la voir si justement récompensée. Nous lui apportons tout notre soutien dans la poursuite de notre combat commun pour la justice sociale en Inde et savons que ses précieux conseils continueront de nous accompagner sur ce chemin ardu.