Blog de Tara, ONG pour les enfants des rues à Delhi, Inde.

jeudi 26 mars 2009

Si je faisais du sport, je deviendrais beau et fort

Quelques images de notre séance de sport quotidienne au parc.

Le but est, disons-le franchement, de fatiguer l'enfant dont il est préférable de canalyser l’énergie bouillonnante afin de prévenir toutes sortes de fantaisies hermétiques à l’adulte raisonnable.

Assouplissements, abdos, pompes, mouvements de karaté... ...Rien n'est épargné à l'enfant.

Pour mettre à l'épreuve la vaillance du prof de gym, on le leste d'un poids humain:


vendredi 20 mars 2009

On ne s'ennuie pas

Aujourd'hui, les grands passent leurs examens. Sameer et Lokesh restent seuls à Chaya.
En dépit de leurs 4 et 5 ans, ces garçons peuvent rester des heures à s'occuper en se racontant d'interminables histoires ou en déployant leur créativité pour inventer de nouvelles activités. Aujourd'hui: la glissade sur matelas.



jeudi 19 mars 2009

Exprime-toi avec la gouache

Atelier peinture avec Marie-Anne. L'enfant jubile en faisant vibrer la couleur.



Lokesh et Sameer posent devant leur autoportrait :


Tout au long de l'atelier, les enfants ont compris qu'ils pouvaient s'appuyer sur Marie-Anne, personnage réservé et sérieux qui ne s'est jamais départie de l'autorité et de la distance nécessaire à sa position d'enseignante.

vendredi 13 mars 2009

Il l'a presque fait

Chers amis lecteurs de ce blog, vous attendez peut-être vous aussi des nouvelles de Sidhu dans sa course au titre convoité de meilleur lanceur d'avions en papier du monde...

Eh bien, en dépit d'une brillante prestation aux championnats régionaux notre champion n'a pas passé l'échelon national. Il faut dire qu’il y a affronté des passionnés qui avaient préparé leur avion depuis des semaines tandis que lui-même a plié le sien à la hâte 2 minutes avant de le lancer…
Il s’en est d’ailleurs expliqué lors d‘une interview à télévision locale de Bangalore, qui faisait un reportage sur l’événement.

Sidhu a aussi pris l’avion pour la première fois et ça l’a beaucoup inspiré. Il a scruté le ciel à la recherche des dieux mais n’en a trouvé aucun. « C’est parce que les dieux vivent dans nos cœurs » lui a expliqué à son retour Sunil d’un air docte.

jeudi 12 mars 2009

Le béret basmati


Le jeu du béret traverse le temps et l'espace et suscite toujours le même engouement.
L’enfant, qu'il soit de n'importe où, aime à courir, à déraper à l’arrivée comme dans les dessins animés, à se mesurer, à courir encore.
L’enfant, il faut le dire, est en pleine période d’examen et a besoin de se défouler entre deux révisions… !